lundi 30 décembre 2013

Covento de las Hulgas : Un panthéon royal à Burgos


           Site royal, au même titre que La Granja ou la vallée de los caïdos, l’entrée y est souvent plus onéreuse qu’ailleurs mais plusieurs créneaux horaires permettent de visiter gratuitement ces monuments. Pour le monastère, la visite est gratuite le mercredi, mais à certaines heures aussi, me semble-t-il. La boutique souvenir par contre pourrait bien vous coûter cher, car la moindre carte postale voit son prix doubler. Avis aux francophones : les visites sont toutes guidées et en espagnol. Bon, ces considérations touristiques passées, parlons du monastère.

vendredi 27 décembre 2013

Convento San Esteban : Une éternelle merveille


        Quittons le monde des parcs et des jardins pour le calme de trois monastères, celui de San Esteban, de las Huelgas et de las Dueñas et nous finirons par la visite de la Basilique de San Isidoro à Leon. Ce petit cycle va nous emmener dans des lieux très différents, commençons par le plus impressionnant des trois.

mardi 24 décembre 2013

Huerto de Calixto y Malibea de Salamanca : Une très longue histoire...



Il est un petit jardin original, à Salamanque, qu’il n’est pas forcément évident à trouver. Poussez la grille du parc, un lieu de verdure caché en plein centre touristique vous attend, entre l’ensemble architectural de la cathédrale, dominant les abords du fleuve, le Tormes. Il est en effet installé sur les restes des fortifications qui entourèrent autrefois la ville. Loin des grands parcs que nous avons évoqués ces derniers jours c’est un petit jardin où se développent de multiples essences florales ou aromatiques. Avec ses 2 500 m², on est loin des proportions des parcs précédents, le jardin propose depuis 1981, un peu de verdure dans la ville, et symbolise le jumelage avec la ville portugaise de Coimbra.

samedi 21 décembre 2013

El paseo de la Isla de Burgos : Ici le temps s'arrête



            On ne se rend pas compte des limites des différentes promenades de Burgos tant que l’on ne s’est pas penché sur une carte de la ville. Le paseo de la Isla est différent de celui de l’Espolon dont nous avons parlé il y a quelques jours. C’est un  parc tout en longueur qui suit le Rio Arlanzon, il faut une bonne dizaine de minutes pour le parcourir, mais dans un parc, on se promène, on prend son temps, on peut donc passer un bon moment y flâner. Il fut aménagé au cours du XIXe siècle. Progressivement l’aménagement du parc a fait disparaître tout un quartier pauvre. Une partie du quartier qui l’entoure fut construit en même temps que lui.

mercredi 18 décembre 2013

El parque de los jesuitas a Salamanca : l'autre visage de la ville-monument


            Je quitte l’hyper centre de la ville aujourd’hui pour vous faire découvrir le parc de jésuites. 1979, la ville achète à la compagnie de Jésus un terrain dans le but d’aménager un nouveau parc, c’est la fin de l’exploitation fruitière et laitière qui se trouvait à cet emplacement et qui produisait jusqu’à 350 tonnes de fruits chaque année. 110 000 m² vont être aménagés. Il ouvre ses portes à l’automne 1982, non sans avoir été un sujet de débat politique. On parle parfois de poumon vert de Salamanque, il est vrai que contrairement à Burgos, la ville est un immense monument de pierre où la verdure est trop rare. Il me faudrait un jour le visiter à l’heure du paseo car, aller savoir pourquoi, je m’y suis promenée aux heures les plus chaudes de la journée, le lieu était donc relativement désert.

dimanche 15 décembre 2013

L’Espolon de Burgos : une promenade dans l’air du temps




            Burgos s’est bâti autour du fleuve de l’Arlanzon. Aujourd’hui encore nombreux sont ses habitants qu font le paseo en fin de soirée au bord du fleuve. Il est au cœur de la ville, l’une des portes de la Plaza Mayor débouche sur cette promenade. Il débute au niveau de la statue du Cid et se termine devant l’Arc Santa Maria. Son aménagement est envisagé en 1788, mais les travaux ne commencent que trois ans plus tard, d’après les plans de l’architecte Gonzalez de Lara. Il suit l’ancien tracé des murailles dont il ne nous reste, dans cette partie de la cité, que l’arc Santa Maria. Aujourd’hui combien de ville rêvent de ramener la verdure au cœur de la cité ? Burgos se retrouve involontairement à la mode, dans la veine durable, en proposant une véritable promenade de plusieurs kilomètres dans la ville aisément praticable à vélo ou à pied des deux côtés du fleuve.

dimanche 8 décembre 2013

La Plaza de la libertad : Un monde à part


            La plus célèbre des places de Salamanque, et même de Castilla y Leon, est l’immense Plaza Mayor de la ville. Pourtant au côté de ce lieu magnifique, mais très minéral, se trouve une petite place. Nous sommes à quelques mètres seulement de la place vedette, pourtant c’est une autre ambiance, moins survoltée, mais elle a aussi son charme. Il est vrai que les meilleurs restaurants ne sont pas là, pas forcément sur la Plaza Mayor non plus, ils ne sont pas des moins chers, mais s’installer en terrasse pour boire un verre quand la nuit tombe est agréable. En 2010 l’ambiance était très familiale, ici on rapprochait cinq tables pour que quatre générations se retrouvent autour d’un repas, là les anciennes amies se retrouvaient chaque soir autour d’un coca et autre fanta. Et puis la crise est passée par là, surtout s’est elle installée, les terrasses se sont vidées et en 2012 les serveurs, débordés hier, attendaient le client. Cet été j’ai eu l’impression que la place reprenait un peu de vie, que les clients revenaient. Je loge sur la place, et en fermant mes volets j’avais le plaisir d’entendre encore les rires et les jeux des enfants au pied du bâtiment. L’Espagne est-elle à l’image de ce petit coin de Salamanque ? Je ne sais mais j’aimerais y croire.

jeudi 5 décembre 2013

Le Campo Grande : Un havre de paix dans la ville

Photo 2014

Le froid s’est abattu sur Nantes, et je manque de soleil, c’est pourquoi j’ai envie de sortir mon blog un peu des musées et des monuments. Il est bon de se souvenir des promenades les heures d’été ou nous cherchions désespérément l’ombre. En route pour les places et jardins de Castilla y Leon.
        Commençons par le Campo Grande de Valladolid, que l’on reconnaît sur les plans à sa forme triangulaire, 11,5 hectares de verdure dans la ville. On situe sa « naissance » en 1787, mais il a eu plusieurs noms comme celui de Champ de Mars. A deux pas de la Plaza Mayor, entre le musée oriental, le Rio Pisuerga, et le centre ville historique, c’est le l’un des lieux propice au paseo.

lundi 2 décembre 2013

Museo de Valladolid : Au plus près de l’histoire

A moins de dix minutes à pied de la Plaza Mayor, se trouve à Valladolid, le musée de la province. Comme ceux que j’ai présentés précédemment, il est installé dans un bâtiment du XVIe siècle, réalisation d’un puissant banquier italien, Fabio Nelli. La réussite de ce dernier est un exemple des premières fortunes qui suivirent la découverte de l’Amérique L’installation du musée, qui existe depuis 1879, dans la bâtisse se fait en 1967. La belle cour intérieure est très reposante, le calme y règne.


La visite est très agréable dans le vaste édifice, dix-huit salles en tout vous attendent. Du paléolithique à l’art contemporain ce musée offre un beau panorama historique. Commencé par les collections archéologiques assez riches qui méritent le détour. Age du bronze et âge du fer nous permettent de constater que la province était déjà occupée par une population assez développée. La partie antique est riche car plusieurs sites de cette époque existent dans la région. Quand j’ai visité ce lieu, une exposition temporaire était justement consacrée aux villae romaines et à la recherche menée sur les sites archéologiques La muséographie est agréable et vous vous retrouverez même dans un salon du XVIe reconstitué dans l’une des pièces, nous sommes donc en immersion dans l’histoire. Chose plus rare donc, on expose des meubles qui nous permettent d’approcher au plus près l’histoire de nos ancêtres. De plus l’architecture du bâtiment n’a pas été bouleversée avec quelques rajouts, les salles respectent en grande partie les anciennes pièces du palais. Vous pourrez aussi découvrir le somptueux sarcophage d’Alphonso de Castilla y Molina (1286-1291), fils du roi de Castille, ainsi que tous les vêtements de son trousseau, qui rivalisent de richesse et donnent un aperçu du luxe de cette époque. Vous pourrez aussi découvrir quelques tapisseries flamandes, mais elles ne m’ont pas particulièrement marquée. En plus des salles d’exposition temporaire vous trouverez une section beaux arts.

Il est vrai que Valladolid est une ville semée de musées, et celui-ci n’est pas le plus original du lot. Malgré tout je ne saurai que trop vous conseiller sa visite si vous passez plusieurs jours dans la ville. Il offre à la fois une visite culturellement intéressante mais surtout c’est une véritable promenade par le calme qu’on y trouve.